Kalemie : le consortium REFETANG veut à tout prix une représentation équitable entre femmes et hommes dans les instances décisionnelles

Partager

Pour la représentation des femmes dans les instances décisionnelles au niveau de la ville de Kalemie, le Consortium REFETANG a mené un plaidoyer dans ce sens auprès du Maire de la ville.

Le consortium REFETANG demande au Maire de la ville de Kalemie de mettre en œuvre les mécanismes urbains de mise en application des lois sur la parité à tous les niveaux et en effectuer un suivi de proximité et aussi de tenir compte des femmes dans les nominations à venir des chefs des quartiers. Cette demande lui a été adressée à l’occasion de la mission de plaidoyer menée auprès de lui par cette organisation ce vendredi 7 janvier 2022 à l’Hôtel de ville (Kalemie).

Refetang_Plaidoyer - 2022

Suivant cette structure de promotion des droits de la femme, il se fait constater aujourd’hui les inégalités entre les hommes et les femmes dans les instances décisionnelles notamment au niveau de la ville de Kalemie. Elle en veut pour preuve le cas de gestionnaires des quartiers de cette ville. Sur 16 chefs des quartiers et leurs adjoints en fonction, fit-elle observer, seule une femme s’y trouve. Ce qui, d’après cette structure, est loin de respecter l’article 14 de la Constitution du pays qui garantit la mise en œuvre progressive de la parité hommes-femmes dans différents secteurs aux niveaux national, provincial et local et du plan national de la résolution 1325 sur la paix et la sécurité, promouvoir la participation équitable et inclusive des hommes et des femmes à la prévention et à la gestion des conflits.

« Le consortium REFETANG, dans l’optique de promouvoir la participation des femmes dans les instances de prise de décision, a réalisé plusieurs activités ayant pour but de porter les doléances des femmes en matière d’accès à des postes de décision au sein des institutions, et surtout la promotion des droits des femmes au niveau provincial et localement à Kalemie. Cependant, la situation d’aujourd’hui dans notre ville de Kalemie au sein de l’administration municipale montre un déséquilibre criant et visible qui est manifesté notamment dans la répartition de quota paritaire entre les hommes et les femmes dans les 16 quartiers constitutifs de la ville de Kalemie » a-t-elle fait savoir au maire de la ville.

Et de poursuivre :

« Connaissant l’importance des chefs des quartiers et leur rôle des représentants premiers à l’échelon de l’autorité de l’État au niveau communautaire, étant en contact permanent avec la population et comme ils jouent un rôle très déterminant dans la protection des droits humains entant qu’un levier important dans la gestion des conflits locaux et la mise en œuvre des initiatives de développement locales, il importe de mettre un accent sur l’insuffisance de la représentativité de la femme à ce niveau. Et cette insuffisance n’augure pas la participation de cette dernière au processus de développement durable et à la consolidation de la paix au niveau local » a-t-elle renchéri.

En réponse à ce plaidoyer, le Maire de la ville de Kalemie, Gédéon Kakudji Kalama a dit prendre acte de celui-ci et a promis d’en tenir compte au moment opportun. Toutefois, il a exhorté cette structure à appeler ses protégées notamment les femmes à être compétitives et non plaintives car, a-t-il avancé, la lutte pour la vie aboutit à la survivance des plus aptes.

Refetang_Plaidoyer - 2022

« Je ne peux pas m’empêcher de vous dire que nous sommes dans un monde où la lutte pour la vie aboutit à la survivance des plus aptes. Nous devons inviter aussi les femmes à être plus aptes, compétitives et non plaintives. Parce que, vous savez que les chefs des quartiers gèrent les entités territoriales déconcentrées et donc, ce sont les fonctionnaires de l’État. S’ils n’ont pas encore atteint l’âge de la retraite, on ne peut pas les remplacer. Il faudra donc attendre ce moment-là » a-t-il déclaré.

Ce samedi, cette structure a été devant les fédéraux des partis politiques pour le même exercice. Ces derniers ont pris l’engagement de placer dans leurs organisations politiques les femmes à des postes de responsabilité et les inscrire sur les listes des candidats au prochain scrutin.

Refetang_Plaidoyer - 2022

A noter que cette action s’inscrit dans le cadre du projet « Voix et Leadership des Femmes en RDC » que le consortium REFETANG qui est composé des trois organisations dont la Commission diocésaine justice et paix, la Voix des minorités indigènes et le Réseau des femmes du Tanganyika, REFETANG en sigle met en œuvre au Tanganyika avec l’appui du Gouvernement canadien. La finalité est de promouvoir les droits fondamentaux et l’égalité entre les sexes dans la province du Tanganyika.

Par Jeannot MWILAMBWE, depuis Kalemie

Source: iwebrdc.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Soyez les bienvenus. Laissez-nous un commentaire ou suggestion

X