Sud-Kivu : AFEM condamne le meurtre de la journaliste Charline Kitoko Safi

Partager

L’Association des Femmes des Médias AFEM déplore le meurtre de Madame Charline Kitoko Safi. Mère d’un enfant, âgée de 21 ans, celle-ci a été sérieusement battue par son mari jusqu’à trouver la mort suite aux coups, le 11 janvier 2022. Journaliste à la Vision Shala Télévision station de Kamituga, plusieurs fois celle-ci était brutalisée, frappée par son mari renseignent des membres de sa famille. AFEM dénonce cette violation des droits humains dans la mesure où la RDC dispose d’une stratégie nationale de lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre et vient de lancer la campagne « Tolérance Zéro », d’où elle demande que justice soit faite pour Charline et d’autres victimes.

COMMUNIQUE DE PRESSE RELATIF AU MEUTRE DE CHARLINE KITOKO SAFI, JOURNALISTE-ANIMATRICE A VISION SHALA STATION DE KAMITUGA

L’Association des Femmes des Médias AFEM dénonce et condamne avec la dernière énergie le meurtre de Madame Charline KITOKO SAFI, journaliste-animatrice à Vision Shala Télévision station de Kamituga. La victime, âgée de 21 ans et mère d’un enfant a succombé à ses blessures après avoir été violemment battue par son mari.

En effet, selon quelques membres de sa famille, Charline était régulièrement violentée par son mari. Le dernier cas en date est survenu le dimanche 9 janvier 2022 lorsque la victime au retour d’une fête organisée par sa Radio a été brutalisée et blessée grièvement. L’irréparable est survenu deux jours après soit le mardi 11 janvier 2022.

Selon l’avocat de la famille de la victime, les rapports de l’autopsie lus avant son enterrement attestent bel et bien que la consœur est morte de suite des coups et blessures lui infligés par son bourreau de mari car son corps présentait des signes de tortures.

L’Association des Femmes des Médias AFEM déplore cet acte criminel et le juge d’inacceptable. Pendant que la RDC dispose d’une stratégie nationale de lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre et vient de lancer la campagne « Tolérance Zéro » la vie vient d’être lâchement et sauvagement arrachée à Charline à l’affection des siens à la fleur de l’âge laissant un orphelin de deux ans.

AFEM alerte ainsi l’opinion aussi bien nationale qu’internationale et lance un vibrant appel aux organisations de défense des droits humains pour la mobilisation et les actions en synergie afin que justice soit faite et prévenir d’autres crimes liés au genre auxquels les femmes de tous âges et de toutes les catégories sont en proie en République Démocratique du Congo.

Fait à Bukavu, le 10 janvier 2022

Pour AFEM

Julienne BASEKE

Source : mamaradio.info

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Soyez les bienvenus. Laissez-nous un commentaire ou suggestion

X