RDC: Des femmes leaders plaident pour la prise en compte de la parité dans l’organisation de la Ceni

Partager

Des femmes leaders ont plaidé jeudi 28 juillet dernier pour la prise en compte de la parité dans la mise en œuvre de la loi régissant la CENI au cours d’une matinée de réflexion organisée par l’Asbl Afia mama en partenariat avec l’ambassade du Canada et l’appui technique du centre carter, à l’hôtel Sultani dans la commune de Gombe.

Selon la directrice nationale de Afia mama Anny Modi, cette activité organisée sous le thème : “ Prise en compte de la parité avec clause de contrainte dans la loi régissant la CENI ” s’inscrit dans le cadre du programme “ Voix et Leadership des femmes en RDC ” qui tend à renforcer le leadership de la femme à travers son autonomisation et amplifier sa voix dans le plaidoyer afin de contribuer dans le changement ou l’amélioration de son statut de manière globale.

L’objectif de cette journée avec les experts en la matière consiste à réfléchir sur les réformes du système électoral de manière globale ,partant de la loi portant fonctionnement de la CENI qui vient d’être promulgué ” a indiqué Mme Modi.

De son côté la chargée de projet voix et leadership, Mme Astrid Tambwe, a abordé la problématique sur les stratégies arrêtées pour obtenir une mise en œuvre de la parité avec clause et contraintes, ainsi que les acteurs devant être retenus pour la prise en compte de cette parité.

Partant de ces problématiques, les participantes ont dégagée quelques propositions pouvant servir des solutions à ce problème , entre autres, élargie les moyens pour militer en faveur de la représentation des femmes dans les postes de gestion et de direction , pour rentrer sur la loi de la CENI et celle des partis politiques pour amplifier la voix des femmes. Il est en de même des suggestions pour évaluer les prestations des femmes pendant et à la fin de leurs différents mandats, utiliser les statistiques devant appuyer les plaidoyers, etc.

Des acteurs retenus pour la prise en compte de la parité

Concernant les acteurs retenus pour la prise en compte de la parité, les participantes ont plaidé pour la cours constitutionnelle entant qu’institution, soit appuyée par des juges devant s’occuper des questions de forme juridique .

De son côté, Mme Faida Mwangilwa, une des participantes à ces assises, a relevé que les élections constitue une voie qui doit promouvoir la femme, mais il y a des contraintes par rapport à leur représentation à l’élaboration des listes électorales durant ces trois derniers cycles électoraux , les femmes doivent continuer de se battre pour leur participation ainsi que leur représentativité conformément à la constitution du pays , à cause de la revendication leurs droits.

Par ailleurs, la directrice nationale de Afia mama a encouragé les femmes des partis politiques de ne pas se lasser dans leurs combats quotidiens, car c’est pour une cause noble a-t-elle signifié, avant de demander aux jeunes de ne pas céder aux propos stéréotypes et de stigmatisation de leur entourage et de se construire sois même.

Signalons que cette activité a connu la présence de plusieurs personnalités à savoir : les expertes et activistes des droits des femmes, les femmes cadres des partis politiques et celles de la société civile, etc

Aurelly Longange

Source : Acofepe

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Soyez les bienvenus. Laissez-nous un commentaire ou suggestion

X